dimanche 30 mai 2010

Pour crime d'amour

Plus dérangeant que les menottes aux poignets, ces badauds qui rient et se moquent.
(Cliquez l'image pour agrandir.)


vendredi 28 mai 2010

Moments de vie 3


SAINT-ROMUALD

Pour la 6e année consécutive, j'ai rencontré les élèves de première secondaire, option Nations du Monde, du super enseignant Bruno d'Anjou à la polyvalente l'Aubier de Saint-Romuald.

C'est un vrai plaisir de collaborer, année après année, avec des profs aussi enthousiastes.

L'Aubier, cette année, représentait le point final à ma série d'ateliers scolaires. Mes prochaines rencontres ne se feront pas avant septembre prochain.

D'ici là, bonne fin d'année scolaire à mes amis professeurs ainsi qu'à tous les jeunes que j'ai eu le plaisir de rencontrer. Bon été !
.

mercredi 26 mai 2010

Après la pluie....










.

mardi 25 mai 2010

Le ciel menace, menace... et soudain...

lundi 24 mai 2010

Les fleurs, enfin !

Perdue au milieu d'un tas de verdure, le bouton rouge d'une fleur inconnue. Sans doute une vivace d'un ancien jardin entretenu par un propriétaire précédent de la maison.




Même si la tondeuse a été passée il y a deux jours à peine, les pissenlits ont déjà tout retrouvé le terrain perdu.


Et les pommiers, en retard, explosent enfin de fleurs !











.

samedi 22 mai 2010

Un bon écrivain ?

« Un écrivain, ce n'est pas quelqu'un qui écrit, c'est quelqu'un qui réécrit.»
Alexandre Jardin

Il a bien raison, cet Alexandre! Voilà ce que je me dis à travailler la révision de mon gros roman adulte pour cet automne. Et puis, aussi, qui a déjà dit quelque chose comme : « On reconnaît un bon écrivain, non pas à ce qu'il écrit, mais à ce qu'il ne publie pas ?»

En ce cas, je dois être bon, car j'ai coupé 8.000 mots à mon roman, le réduisant de 144.000 à 136.000 mots.

Les directrices littéraires sont des bourreaux... mais je dois être un peu maso, car j'adore les miennes. Mais ne leur dites surtout pas. Elles augmenteraient les coups de fouet.
.

jeudi 20 mai 2010

Moments de vie 2


mardi 18 mai 2010

L'école de mes nièces

Aujourd'hui, je donnais une série de 3 ateliers à l'école Saint-Albert-Le-Grand, à Québec, un établissement fréquenté par deux de mes nièces. L'une, Mollie, est en première année, l'autre, Mathilde, est en 4e. Puisque je ne rencontrais pas les classes de 1er cycle, je n'ai donc pas eu l'occasion d'animer dans la classe de Mollie. Toutefois, j'ai vu la classe de Mathilde (madame Marie-Claude), ainsi qu 'une classe de troisième (madame Isabel) et une classe de 6e (madame Geneviève).

Puisque ce genre d'événements n'arrive pas souvent (rencontrer ses nièces à l'école), j'ai apporté plein de cadeaux aux trois classes. Deux séries complètes de La Bande des 5 continents (10 livres), 2 séries complètes de Les Voyages de Nicolas (12 livres), 1 Au temps des démons, 2 Le Rôdeur du lac, des signets, des posters pour tout le groupe de 6e... enfin, bref, j'ai fait un vrai Père Noël de moi.

Les jeunes m'ont semblé bien s'amuser. Moi, en tout cas, j'ai passé une super journée.
.

lundi 17 mai 2010

Moments de vie


dimanche 16 mai 2010

Pour doigts habiles seulement

J'adore le violon. Et encore plus ces musiques qui commencent lentement et finissent en un véritable tsunami de notes et d'arpèges. La Csárdás (ou danse hongroise) de Vittorio Monti en est un exemple magnifique. Ici, joliment interprétée par madame Illenyi.


samedi 15 mai 2010

La visite du cousin américain

Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin!Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin!



Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin!



Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Coin! Corner ! Corner !
.

vendredi 14 mai 2010

Le temps présent

Voici un aperçu de mes journées :

1.- Faire des boîtes pour le déménagement;
2.- Suivre des cours d'entretien de notre nouvelle maison motorisée;
3.- Donner encore des ateliers scolaires;
4.- Configurer les divers équipements informatiques qu'on laisse aux nouveaux propriétaires de la maison;
5.- Mettre en vente des tas de trucs qui ne nous seront pas utiles sur la route;
6.- Préparer un gros rassemblement de famille chez moi;
7.- M'attendre à recevoir un bâtard d'appel plate m'indiquant que ma petite soeur est décédée;
8.- Préparer la nouvelle série "Les Voyages de Nicolas - Aventures en VR";
9.- Préparer le nouveau blogue pour suivre Nicolas;
10.- Préparer une nouvelle série dans la collection "Les Grands Romans" chez Dominique et Cie;
11.- Préparer un roman très particulier pour une collection très particulière chez un nouvel éditeur;
12.- et, bien sûr, oui, Sonia, oui, Pascale, travailler aux révisions de mon gros roman qui doit paraître en octobre.
13.- (Est-ce que j'ai oublié de mentionner qu'il me fallait aussi garder un beau contact avec mes amis grâce à ce blogue et à Twitter?)
.

mardi 11 mai 2010

Ma Toyota est à vendre

Toyota Yaris 2007
3 portes (hayon), groupe B-LE
59800 km (37.200 miles) - Condition parfaite, comme neuve
Transmission manuelle, rétroviseurs électriques
Chauffe-Moteur, essuie-glace de lunette arrière
4 pneus à 50% d'usure
Consomme 6 litres/100 km (46 mi/gal)

PLUS:
4 pneus d'hiver (50% d'usure)
Garantie prolongée transférable 84 mois (7 ans) ou 160.000 km
(valeur de 1700$ plus taxes)
Encore bonne pour 41 mois (la moitié de sa durée) ou 100.000 km
Service routier gratuit 24/24, 7/7 jours.









Prix demandé : 9,500$ ferme
(Valeur à neuf de 19,692$ tx inc.)
(je n'aime pas le taponnage des négociations, on n'est pas dans un souk, non mais...)

Cause de la vente : départ loin, loin, loin...
.

dimanche 9 mai 2010

Poulpe Fiction

mercredi 5 mai 2010

Mes petites soeurs

Je viens d'une grande famille ; j'ai 7 petites sœurs. L'une d'elle nous a quittés, voilà plus de 6 ans déjà. Pour toujours.

Une autre s'en va. Pour toujours aussi.

Ce soir, je l'ai vue vivante pour la dernière fois. Dans quelques jours, elle ne vivra plus que dans nos souvenirs.

Ou ailleurs. Si cet ailleurs existe.

Mais pour parcourir le peu de chemin qui lui reste à franchir, ma petite sœur n'est pas seule. Quatre autres la veillent. La soignent. La lavent. L'égaient. Tout le temps. Depuis des jours. Et pour tout le temps qu'il lui reste.

Mes petites sœurs sont merveilleuses. Il faut les voir rire et pleurer ensemble. Se consoler. S'embrasser. Rire encore. Pleurer encore. Rire toujours. Celle qui s'en va n'est pas en reste : elle laisse son propre rire en traînée lumineuse. Une traînée qui nous permet de voir au-delà de notre peine.

J'aime mes petites sœurs, mais je fais partie de cette génération d'hommes qui n'expriment pas ce genre de chose. Alors, je le tais. Je reste silencieux et les regarde comme si je ne comprenais pas. Mais, secrètement, je les aime. Les admire. Les envie, même. À cause de cette complicité qu'elles ont développée, de ces liens très forts qui les unissent.

Mes petites sœurs sont merveilleuses.

Je les aime.

Mais ces choses-là, je ne les dis pas.
.

L'air de Trois-Rivières

Je suis de retour à Trois-Rivières pour deux journées de rencontres à l'École Sainte-Thérèse. Je ne sais pas comment je vais m'en sortir. J'ai quatre rencontres aujourd'hui... et une extinction de voix. Drame chez les auteurs jeunesse.

J'ai retrouvé le magnifique bord de fleuve de mon gîte, les canards... et l'air horriblement empuenti de l'usine de papier. Impossible de garder ma porte-patio ouverte ; je m'asphyxie. Peuvent pas mettre des filtres sur leurs émissions polluantes?

Extrait d'un texte de l'UQTR :

Dans les années 1920-1930, les usines de papier [...] crachaient tellement de fumée dans l’air que les pilotes qui guidaient les bateaux sur le fleuve craignaient de passer devant Trois-Rivières. La fumée qui s’échappait des usines formait un épais brouillard au-dessus du fleuve.

Ne voyant rien, certains bateaux s’accrochaient en face de Trois-Rivières. De nos jours, les cheminées rejettent encore de la fumée ; et l’odeur des papeteries vient régulièrement nous piquer les narines. De temps à autre aussi, un brouillard se forme au-dessus de la ville. Mais il n’y a plus d’accident de bateaux.

.

lundi 3 mai 2010

Souvenir de Sept-Îles

(Photos de Michel Frigon.)

Images de mon passage comme Président d'Honneur du Salon du livre de la Côte-Nord.

Un peu de sérieux...



Un peu de cabotinage aussi.
C'est plus fort que moi ; c'est à cause de la mauvaise influence de Robert Soulières.


Ici en compagnie d'Éric Barrette de TVA.


Avec Michel Neault de CKCN.