lundi 30 décembre 2013

Citation antimilitariste du jour

“Les gens commettent l’erreur de faire trop de suppositions à propos des militaires, me dit Lefèvre un soir. Ils imaginent, par exemple, que les généraux sont compétents et comprennent ce qui se passe. Que les ordres sont parfaitement relayés de haut en bas, sans le moindre raté. Et surtout que les guerres éclatent quand on décide de les déclarer.

— Et vous allez m’affirmer qu’il n’en est rien ?

— Les guerres éclatent quand elles sont mûres, quand l’humanité a besoin d’une saignée. Les rois, les hommes politiques et les généraux n’ont guère leur mot à dire. Quand une guerre se prépare, on le sent. Une certaine tension, une certaine nervosité se lit sur le visage du plus humble soldat. Il pressent le conflit, contrairement à l’homme politique. L’envie de blesser et de détruire s’empare des troupes et de toute une région. Et ensuite les généraux peuvent seulement espérer avoir une vague idée de ce qu’ils sont censés faire.”

Iain Pears
“La chute de John Stone”

jeudi 26 décembre 2013

Pensée de fin d'année

« Il n'y a d'homme plus complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie. »

Alphonse de Lamartine
.

lundi 16 décembre 2013

TOP 4

La force de frappe de Bouchard est saisissante. Son style riche, l’étonnement qu’il provoque et la justesse du personnage principal déroutent. Un drame social prenant.
Marie Fradette
La Presse+

mardi 10 décembre 2013

Mon écran

Voici l'écran que j'ai devant moi 6-7 heures par jour :


vendredi 6 décembre 2013

Mon bureau

Les amis, je ne donne pas beaucoup de nouvelles de ce temps-ci, mais c'est parce que, depuis quelques jours, j'ai repris le travail sérieux. Je vous concocte une aventure remplie d'action tous azimuts comme vous les aimez. Je vous promets de vous publier un extrait bientôt.

En attendant, voici une photo de mon bureau.


Ah! Et tant qu'à y être, vous vous souvenez de cette jolie cabane à oiseaux offerte par une de mes lectrices? (Meuh si, vous vous en souvenez, je vous en ai déjà parlé.) Eh bien, ladite cabane, elle est en bonne place pour attendre ses locataires. 

¡Que se vayan bien!

dimanche 1 décembre 2013

À la troncothèque

À la troncothèque (ne cherchez pas inutilement le mot dans le dictionnaire) du restaurant La Tomatina de Lo de Marcos, qu'est-ce qu'on retrouve?

Trois de mes titres. L'Affaire María Gómez, La Dame de Panamá et, bien sûr, L'Homme de partout.

¡Que bueno!


mercredi 27 novembre 2013

Fin de périple

Après deux mois de route et près de 8.000 kilomètres au compteur, après avoir traversé des paysages dignes d'une ère fossilifère...




... après avoir zigzagué autour du tropique du Cancer (et l'avoir traversé 5 fois en quelques jours), après avoir rencontrés des serpents à sonnettes et des araignées venimeuses, après avoir atteint la pointe sud extrême de la péninsule basse-californienne, après avoir longé tout l'ouest de la mer de Cortéz et après l'avoir traversé sur toute sa largeur à bord d'un traversier pour camions (8 heures de nuit)...



... je pose enfin mon baluchon, fatigué, ébaubi (et ébaudi), étourdi même, mais vibrant de découvertes fascinantes. Dès la semaine prochaine, je m'attaque à de nouvelles histoires qui, à leur tour, je l'espère, sauront faire vibrer mes lecteurs.



On s'en reparle.


lundi 25 novembre 2013

On ne m'écoute jamais


samedi 23 novembre 2013

Le touriste en 3D


jeudi 21 novembre 2013

Tropique du Cancer

Ici, vous me voyez assis juste sur la ligne qui délimite le tropique du Cancer. À cet endroit, à midi pile, le premier jour de l'été (21 ou 22 juin, dépendamment de l'année), le soleil est directement sur notre tête et notre ombre est quasi inexistante.

(Cliquez sur l'image pour voir en plus grande taille.)

mardi 19 novembre 2013

Arbre bizarre

... avec cactus.


dimanche 17 novembre 2013

Images 3D

Des paysages traversés.






vendredi 15 novembre 2013

Fil de pêche ?

À partir de l’endroit où mon véhicule est stationné, me voilà parti en chaloupe avec un ami et un pêcheur pour me rendre à une petite île. Pendant que le pêcheur et mon ami plongent (moi, je n’aime pas beaucoup l’eau), pour passer le temps, je décide d’escalader la paroi rocheuse de l’île. Il y a des cactus immenses au sommet. En voulant passer entre deux arbustes épineux, je vois un long fil de pêche qui me bloque le passage et brille au soleil. Je prends le fil entre mes doigts pour le déplacer… il est collant.

Ce n'est pas un simple fil.... c’est celui d'une grosse toile d’araignée!!!!!!

Il y a une énorme bestiole pas contente (parce que je brise sa toile) qui s’avance vers moi. Je ne suis pas un expert, aussi j’ignore de quelle espèce il s’agit exactement, mais je sais qu’il y a quelques spécimens venimeux à cet endroit. Je n’attends pas de lui demander son pedigree, quand même. Je m'éloigne aussi vite que possible.

Au cours de ma petite escapade, je croise encore quatre ou cinq bestioles du même genre. Brrrr!




lundi 11 novembre 2013

Mer de Cortéz

Mer de Cortéz : cliquez sur l'image pour aller à l'album de quelques photos choisies.


vendredi 8 novembre 2013

Carte postale

Pour deux jours, nous sommes stationnés avec nos amis sur une plage de la mer de Cortéz, à Bahia de Los Angeles, Baja California, Mexique. Internet n'est pas fort, mais tout le reste est génial.




dimanche 3 novembre 2013

Dans Le Libraire

Le tout récent L'Affaire María Gómez commence à faire parler de lui.

jeudi 31 octobre 2013

Pas trop à me plaindre

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais de ce temps-ci, je n'ai pas trop à me plaindre, pas vrai?



Ah oui: je me suis déboîté un genou.

mercredi 30 octobre 2013

Prix Alvine-Bélisle 2013

Sur 250 ouvrages en compétition, Le Coup de la girafe se retrouve parmi les cinq finalistes au Prix Alvine-Bélisle 2013.




Les bonnes nouvelles se succèdent à un rythme fou! Vive l'automne!

lundi 28 octobre 2013

Cartes postales virtuelles

Pour mes amis du Cercle de lecture animé par madame Nathalie Bernard (école Soleil de l'aube, Lanaudière), en guise de cartes postales virtuelles, voici quelques photos de voyage prises dans les derniers jours.

J'étais entre le Nevada et la Californie, dans la Valley of Fire et dans la Death Valley, c'est -à-dire… la Vallée de la MooOOooOrrt!

Salutations, les amis!






lundi 21 octobre 2013

Extrait de La Croix blanche et l'épée


« Je pense à vous chaque minute. Vous m'habitez dès le réveil et c'est avec peine, le soir, au moment de m'endormir, que je m'arrache à votre souvenir. Heureusement, mes nuits aussi sont pleines de vous. »

La Croix blanche et l'épée
© Éditions VLB, février 2014

dimanche 20 octobre 2013

En équilibre...

En équilibre au dessus de Bryce Canyon, en compagnie de mon ami Michel.

samedi 19 octobre 2013

Un peu plus haut, un peu plus loin



vendredi 18 octobre 2013

Jour de congé

Il y a une montagne derrière le camping. Pour passer le temps, je décide de l'escalader. J'arrive au sommet... surprise! De l'autre côté, il y a un lac magnifique!


jeudi 17 octobre 2013

Parce que, Paulina

Le numéro 48 de la revue Alibis est disponible. Vous y trouverez ma nouvelle "Parce que, Paulina" où je visite de nouveau pour vous l'univers des cartels de drogue mexicains.






mardi 15 octobre 2013

Prix Tamarac 2014

Tadaaaammmmmmm !!!!!

C'est maintenant officiel et je peux le crier à tout venant (car je le savais depuis un moment, mais j'avais promis de ne pas en parler, histoire de montrer que je ne suis pas un panier percé) :

Sacrilège en Inde

est finaliste au sympathique
(eh oui, 2014! c'est comme ça, cessez de râler)

Ainsi, mine de rien, cette reconnaissance est la 26e de ma carrière. Mais usons d'humilité (la plus grande de mes innombrables qualités), parce que, comme me l'a déjà fait remarquer un ami, un confrère, un connaissance : "Avec le nombre de romans que tu écris par année, normal que tu te retrouves finaliste à un prix littéraire de temps en temps".

Ah-ha! C'est pour ça que j'ai moins de prix que Gilles Tibo, Cécile Gagnon, François Gravel et autres Alain M. Bergeron de ce monde!

samedi 12 octobre 2013

Sur une autre planète





vendredi 11 octobre 2013

En Utah

mercredi 9 octobre 2013

Kilomètres après kilomètres

Aujourd'hui, j'ai roulé 1.000 km pour traverser une bonne partie du Michigan, un peu de l'Indiana, tout l'Illinois et tout l'Iowa, pour stationner ce soir près de la frontière du Nebraska.

Demain, tout le Nebraska et la moitié du Colorado avant de m'attaquer aux Rocheuses (vendredi).

Dures, dures, les vacances. J'espère que vous me plaignez.

mercredi 2 octobre 2013

Prix du GG 2013

Eh bien, décidément, aujourd'hui, on m'a coupé le sifflet. Quand j'ai reçu le courriel de mes amis Robert Soulières et Colombe Labonté qui m'annonçaient la nouvelle, je croyais que c'était une blague. Il a fallu que j'aille sur le site du Conseil des arts du Canada pour me convaincre que c'était vrai.

Pour la cinquième fois de ma vie (et la troisième année d'affilée), je suis de la cuvée des GG.

Finaliste
PRIX LITTÉRAIRES
DU GOUVERNEUR-GÉNÉRAL
DU CANADA
2013

D'or et de poussière

dimanche 29 septembre 2013

Maman, c'est finiiii!

Je n'ai plus de nouveaux romans de Camille Bouchard à lire avant le printemps prochain!!!

Bouhouhouhououououou!


dimanche 22 septembre 2013

Extrait #2 de "STACHE"


Et un extrait de plus spécialement pour Francine ;o)

Je me trouve non loin à nettoyer les carcasses de deux lapins que j'ai abattus avec ma fronde. (...)

— Tu m'en demandes combien? me lance L'Archevêque en me désignant les mammifères que j'écorche.

— C'est pour ma mère, Monsieur. Désolé.

— Et ta mère, tu m'en demandes combien?

Je lève le menton si brusquement que j'en ressens une douleur dans la nuque. (...) Je mets une bonne seconde à me ressaisir puis, prenant une grande inspiration afin de mieux contrôler l'intonation de ma voix, avec un calme feint, je réplique :

— Ma mère n'est pas la putain qu'était la vôtre, Monsieur.


Extrait de STACHE
roman à paraître
© Québec-Amérique, 2014

mercredi 18 septembre 2013

Détresse d'un lecteur fidèle

lundi 16 septembre 2013

Extrait de "STACHE"


Plusieurs rires fusent, mais de nombreux grognements également. Tous savent que l'entreprise est mal partie, plusieurs ont perdu confiance. J'avoue que, plus je comprends les enjeux et les problématiques de notre expédition, plus j'ai envie, moi aussi, de céder au découragement. Mais quand je regarde ma mère, que je décèle dans ses yeux la minuscule, l'infime lueur d'espérance qui continue de l'animer, qui s’acharne à la convaincre qu'elle n'a pas quitté son monde de mendiants pour rien, que nous sommes en train de nous bâtir une vraie vie, un avenir de bonheur, je me repens. Je me dis que je n'ai pas le droit de tuer la seule attente qui lui permet de supporter notre sort. Qui lui permet de ne pas se culpabiliser de m'avoir entraîné par-delà l'océan au cœur du rêve d'un explorateur ayant — peut-être — perdu la raison.

Pour ma mère, pour l'amitié que nous entretenons envers la famille Talon, pour l'amour que je nourris pour Marie-Élisabeth, je veux croire en l'établissement d'une colonie française en Amérique.
Je veux croire en Fort Saint-Louis, en la Louisiane et en René-Robert Cavelier de La Salle.

Extrait de STACHE
roman à paraître
© Québec-Amérique, 2014

vendredi 13 septembre 2013

Mon amie Martiiiiiiine

Lancement d'un recueil de nouvelles de mon amie Martiiiiiine! Ça vaut sacrément la peine que j'utilise mon blogue pour vous proposer d'aller la rencontrer.

Bon lancement, Martiiiiiine!